LA FRANCAISE DE L’ENERGIE valorise le gaz de houille mosellan

Publié le par Moselle Développement

LA FRANCAISE DE L’ENERGIE valorise le gaz de houille mosellan

Installée en Moselle depuis 2009, la Française de l’Energie (ex. European Gas Limited) est le leader en matière d’évaluation et de production de gaz dans l’Hexagone. Sa spécialité est le développement du gaz de houille : son équipe de plus de 15 personnes a démontré qu’il était possible d’extraire du méthane des couches de charbon mosellan.

L’activité exacte de l’entreprise est la prospection et la production locale de gaz de charbon, une énergie compétitive et à plus faible empreinte carbone que le gaz actuellement consommé en France par les industriels et les particuliers. Encore relativement méconnu, le gaz de houille présente, selon les experts du BRGM, de l’INERIS et de l’Institut Français du Pétrole Energies Nouvelles, un potentiel très important qui lui permettrait de devenir une variable clé de l’équation énergétique des régions productrices. Ainsi, rien qu’en Moselle, les ressources identifiées sont déjà estimées à plus de 3 années de consommation nationale (1).
En effet, le charbon non exploité des houillères du bassin lorrain est très grisouteux et contient donc beaucoup de méthane. Ce gaz est extrait du charbon de manière naturelle, après déshydratation du charbon, sans aucune fracturation hydraulique. Les différents forages et tests de production réalisés avec succès à Diebling, Folschviller et Tritteling ont validé ce potentiel.


Des investissements importants pour la Moselle

Plus de 40 millions d’euros ont déjà été investis par la Française de l’Energie en Moselle dont près de 35 % ont été directement injectés dans l’économie locale.
A ce stade, la recherche s’est concentrée principalement sur l’estimation des volumes de gaz présents et récupérables, la modélisation du bassin lorrain et l’optimisation de l’architecture de forages.
Plusieurs forages supplémentaires sont attendus pour préparer la mise en place, une fois la concession obtenue, d’une activité industrielle de production fournissant de l’énergie aux collectivités et industriels des territoires où sera produit le gaz.
Cette activité s’inscrit dans un projet plus large de création d’une plateforme industrielle et d’un pôle d’expertise régional s’appuyant sur les compétences de l’Université de Lorraine, du CNRS et d’autres acteurs tels que CDF Ingénieries. La Moselle devrait pouvoir devenir le 1er centre de gaz de charbon en France avec 2 000 millions de m3 extraits sur 20 ans. Plusieurs dizaines de millions d’euros d’investissements sont attendus sur les 4 prochaines années.


Des objectifs ambitieux au cœur de la transition énergétique

L’extraction à grande échelle et à des prix compétitifs d’un gaz local accessible renforcera l’attractivité des anciens bassins miniers pour l’implantation de nouvelles entreprises avec un objectif de création important d’emplois directs et indirects non délocalisables, participant ainsi à la revitalisation du bassin houiller.
Composé à 96 % de méthane, le gaz produit par la Française de l’Energie est d’excellente qualité avec un meilleur pouvoir calorifique que le gaz que nous importons et consommons actuellement.
Cette production locale permettra non seulement de réduire notre dépendance vis-à-vis de la Russie, de la Norvège, du Qatar ou de l’Algérie, à qui nous achetons la quasi-totalité de notre gaz, mais permettra également à la région de réduire son empreinte carbone en substituant ce gaz importé par un gaz local ayant une empreinte carbone en moyenne 10 fois inférieure à celle du gaz actuellement importé (2).

Ce projet ambitieux permet déjà à 70 partenaires et sous-traitants locaux de travailler aux côtés de la Française de l’Energie.

Prochaines étapes : la construction de la première plateforme de développement et la poursuite de l’évaluation des réserves en gaz sur les zones adjacentes aux périmètres étudiés par les forages précédents.

En savoir plus :
www.francaisedelenergie.fr

Contact :
contact@francaisedelenergie.fr

Tél. : +33 (0)3 87 04 32 11

 

(1) (2) Etude de l’Institute for Energy and Environmental Research (IFEU) d ’Heidelberg – Février 2016

Publié dans Energie, Environnement

Commenter cet article